Problemauto, le portail de l’expertise automobile et des experts en automobile indépendants

Accueil > Français > NOTRE PROFESSION > BMW MOTO rappel pour les suspensions arrière

BMW MOTO rappel pour les suspensions arrière

jeudi 26 juin 2014, par Expert conseil Problemauto

Motos : BMW rappelle ses R 1200 RT et suspend leur livraison, un coup dur pour le réseau

En Allemagne, puis plus tard en France, BMW a appelé les propriétaires de la nouvelle moto R 1200 RT équipée de la suspension active à ne plus l’utiliser parce que la tige d’amortisseur arrière présente un risque de rupture.

Un problème dont le réseau risque de pâtir, BMW n’ayant pas encore trouvé de solution technique.

BMW a annoncé le rappel de 8 000 motos R 1200 RT (modèle 2014) équipées de la suspension active ESA à travers le monde. Ces motos, meilleures ventes de la marque en France (1 163 immatriculations à fin mai), présentent un risque de rupture de la tige d’amortisseur arrière.
Aucun accident ne serait à déplorer jusqu’ici mais le risque est important car la rupture de la tige d’amortisseur pourrait provoquer le blocage de la roue arrière. Le constructeur appelle donc les propriétaires de ces motos à ne plus les utiliser et suspend toutes nouvelles livraisons le temps de trouver une solution technique au problème (avec son fournisseur, l’italien Marzocchi).

En attendant qu’une solution soit trouvée, BMW a mis en place dans son réseau des programmes pour dédommager les clients ou assurer leur mobilité : reprise des motos avec remise commerciale pour l’achat d’un autre véhicule, mise à disposition de véhicules de courtoisie, bons cadeaux pour l’achat d’équipements et accessoires, etc.

Mais la facture risque d’être lourde pour le réseau (80 concessionnaires), notamment en cette période faste d’activité (à la veille des départs en vacances), si le constructeur ne trouve pas une solution rapidement. "BMW a mis de l’argent sur la table mais certains clients qui attendaient leur moto ont annulé leur commande, c’est une grosse perte de chiffre d’affaires pour nous (20 000 à 22 000 euros en moyenne, NDLR)", confirme un concessionnaire. Et ce d’autant plus que le constructeur n’a pas encore assuré au réseau que les objectifs de vente qu’il lui fixe seraient revus à la baisse.

Outre l’annulation des commandes, d’autres clients sont revenus en concession pour qu’on leur rachète leur moto. "Je l’ai fait à un prix de reprise très élevé. Je risque donc de perdre de l’argent sur la revente de ces VO et je ne sais pas encore si le constructeur prendra en charge ces pertes", indique ce même concessionnaire.
"Pour les véhicules de courtoisie que je prête aux clients en attente de la réparation de leurs motos, le constructeur m’indemnise à hauteur de 25 euros par jour, c’est également très faible", ajoute-t-il.

D’autres problèmes de qualité révélés

Mais au-delà du problème "ponctuel" de la R1200 RT, BMW et son réseau pourraient avoir à gérer à court terme d’autres problèmes liés à la qualité. Depuis le mois de mai, BMW rappelle également 17 800 R 1200 GS à travers le monde (modèles produits entre novembre 2012 et juin 2013). Cette fois, il s’agit d’un risque de fuite d’huile au niveau du joint en sortie de boîte pouvant asperger le pneu arrière. En France, le réseau vient tout juste d’être informé de cette nouvelle campagne de rappel qui concernerait un millier de motos selon notre confrère Moto Journal. En parallèle, notre confrère allemand Das Motorrad a cassé une boîte de vitesses sur une R1200 GS après 44 000 km, lors d’un essai longue durée.
"BMW est dans une quête d’amélioration de ses résultats financiers qui conduit à une forte pression sur les prix imposés à ses fournisseurs. Ces problèmes ne sont que les premiers résultats de cette politique et ils risquent d’écorner l’image de qualité et de marque premium de BMW", souligne une source proche du dossier. En 2012, la division motos de BMW, BMW Motorrad, a réalisé une marge opérationnelle de 79 millions d’euros contre 9 millions en 2012, avec un chiffre d’affaires en hausse de 0,9% (à 1,5 milliard d’euros).
Emilie Binois