Problemauto, le portail de l’expertise automobile et des experts en automobile indépendants

Accueil > Français > AUTOMOBILE > Voitures particulières > Les technologies pour consommer moins

Les technologies pour consommer moins

mercredi 9 janvier 2008, par Expert conseil Problemauto

Les technologies pour consommer moins :

Tous les moyens sont bons désormais pour réduire les gaz à effet de serre.
L’allègement, le recours à des pneus verts et des stratégies innovantes de gestion moteur par l’électronique vont faire baisser la consommation de carburant sans pour autant nuire au plaisir de conduire.

La date butoir est désormais fixée à 2012 avec un objectif fixé par la Commission Européenne à 130 g de CO ² par km pour les moteurs, et à 120 g en vérité avec le concours des pneus, de certains équipements et des carburants.
Ceci justifié la fuite en avant technologique. Tous les constructeurs se déclarent aujourd’hui préoccupés par la consommation et le meilleur moyen de réduire les gaz à effet de serre.

Seulement la pollution va donner du fil a retordre aux ingénieurs par les normes plus contraignantes attendues en 2009 (Euro5), et en 2014 ( Euro6).

Il faudra donc repenser la conception globale des motorisations

Les constructeurs de petites voitures vont s’en sortir le mieux.

FIAT et PEUGEOT ont rapidement répondu en passant sous la barre des 140 g de CO²

Repenser la conception du véhicule et le rendre plus écologique sur tout le cycle de vie.
Première solution s’attaquer au poids car plus grosses, plus hautes et plus longues comme le sont chaque nouveaux modèles qui sortent n’arrangent pas la chose.
Les normes de sécurités et les équipements à profusion (pas toujours indispensables) gonflent le poids.
Par contre les pneus « Energy Saver » de Michelin font économiser 5g de CO² par kilomètre, soit un gain d’une tonne de gaz carbonique sur tout le cycle de vie du véhicule gamme moyenne.
En effet les pneus vert offrent une moindre résistance au roulement ce qui permet par exemple d’économiser jusqu’à 0,4 L/ 100 km.
La climatisation aujourd’hui indispensable devrait devenir moins gourmande car les efforts vont porter sur la conception globale du système de climatisation, plus réduite en taille et plus efficace, les fluides moins nocifs comme le R744 en remplacement du R134a.

Les plus gros progrès viendront du groupe motopropulseur.

Le diesel continue d’être optimisé avec l’ajout d’un additif à base d’urée (adBlue du système Bluetec) et la combustion homogène.
L’essence joue la carte de l’injection directe en s’inspirant des meilleures pratiques du diesel (turbo à double étage, injection piézo-électrique) sans oublier l’ éthanol qui vient se mélanger dans le réservoir sous la forme de l’ E85.

Dans le futur, les solutions seront encore plus poussées pour couper automatiquement la moitié des cylindres en ville et redonner plus de puissance de retour sur la route.
Le système « stop & start « qui permet de couper automatiquement le moteur au feu rouge va se développer.
La coupure automatique au feu rouge sera associée au procédé de récupération de l’énergie au freinage.

Pour le confort ou la sportivité, l’électronique va agir pour adapter l’injection de l’essence et modifier le point de changement pour les rapports de la boite. Une boite robotisée fera gagner en consommation de 3 à 8 % sur une BV manuelle classique.

Les roues seront équipées de capteur de perte de pression TPMS pour prévenir des sous gonflage et des accidents de crevaisons.

Le GPS pour rouler plus vert :

L’on peut encore bien sur regarder les GPS comme des équipements inutiles ou gadgets, pourtant le système de navigation va devenir indispensable et faire baisser la consommation.

Des étude réalisées principalement au Pays Bas (TNO) prouvent que l’utilisation d’un système de navigation réduit le nombre de kilomètres de 16% en moyenne, de 18% le temps de parcours pour une destination inconnue, de 25% le nombre d’arrêts pour chercher sa route.